Fine Art – Guide Pratique du Transport d’Œuvre d’Art - D&fi Groupe

Transport d’œuvre d’Art : tout ce qu’il faut savoir

par | Nov 30, 2023

Fine Art – Transport d’œuvre d’art : guide pratique

La première cause de dommages sur les œuvres d’art est le transport. Pour sécuriser le déménagement ou la livraison de ce type de marchandise très fragile, il faut bien penser son emballage, choisir le bon moyen d’expédition et souscrire à un type d’assurance spécifique. Voici donc tout ce que vous devez savoir sur le transport d’œuvre d’art, une opération délicate qui ne doit être confiée qu’à un expert.

Qu’est-ce que le transport d’œuvre d’art ?

Le transport d’œuvre d’art consiste à déplacer toute création artistique physique et de valeur (tableau, sculpture, figurine, etc.) d’un point A à un point B. Appelé « Fine art » dans le jargon logistique, ce type d’opération est particulièrement délicat. Il y a très peu de tolérance en termes d’erreur car l’objet transporté est unique et souvent très précieux. Celui-ci doit arriver à destination sans aucun dommage.

Déménager une œuvre d’art nécessite donc un réel savoir-faire et beaucoup de précautions. Les ruptures de charge, par exemple, sont à bannir. Celles-ci impliquent un passage à quai, un déchargement puis un rechargement dans un autre véhicule, ce qui met en danger le produit.

Il faut aussi limiter au minimum les périodes de transbordement. Il s’agit de phases de stockage qui exposent la marchandise à des risques de chocs supplémentaires. Le déplacement d’un objet artistique de valeur présente des spécificités différentes du transport de marchandises classique. C’est ce que nous développons ci-dessous.

Comment emballer une création artistique de valeur pour la déplacer ?

Le conditionnement d’une œuvre d’art est un enjeu clé pour tout type de déplacement. Quelle que soit la distance à parcourir, l’emballage doit protéger l’objet de tout choc potentiel ou risque de perforation. Il doit aussi être imperméable aux diverses conditions de transport telles que l’humidité et la poussière.

Afin d’absorber les vibrations et de contrer les risques de casse, le calage est nécessaire à ce type d’opération logistique complexe. Le choix des matériaux dépend de l’objet d’art transporté. Pour sécuriser l’emballage d’une d’œuvre d’art au maximum, 4 étapes sont nécessaires.

1. Enrouler l’œuvre d’art dans un matériau de calage

Il est important de caler votre tableau ou sculpture avant l’expédition avec le matériau adapté. Ce dernier doit être anti-rayures, anti-choc et électrostatique. L’objectif est d’anticiper tous les risques et d’en protéger le produit. Pour cela, vous avez le choix entre plusieurs types de calage :

  • le film à bulles ;
  • le papier kraft (alternative écologique) ;
  • les plaques de mousse en polyéthylène (ultra-protecteur) ;
  • le papier de soie (calage de luxe) ;
  • le film Tivek (pH neutre et anti-rayure).

2. Protéger les coins de l’objet d’art

Lors du transport, les coins d’un tableau encadré, par exemple, sont les premiers à s’ébrécher. Une attention particulière doit être portée à ces éléments. Des cornières en carton ou en mousse protégeront parfaitement l’œuvre à déplacer. Pensez aussi aux plots de protection adhésifs si l’emballage prévu est plus grand que l’objet d’art. Cela absorbe les vibrations et chocs tout au long du processus logistique.

3. Sélectionner le bon format d’emballage

Le choix de l’emballage dans lequel votre œuvre d’art va voyager est primordial. La boîte en carton ou en bois classique est loin d’être la seule option. Il faut donc bien se renseigner auprès d’un expert en fine art pour trouver la solution la plus adaptée à son besoin.

Par exemple, s’il s’agit d’un tableau avec cadre, vous pouvez opter pour un étui-croix postal. Ajustable en hauteur et doté de rebords en carton, il est très protecteur. Une boîte en carton avec mousse intégrée est idéale pour le transport des marchandises fragiles. Elle est anti-rayure et anti-choc. Dans le cas d’une sculpture, la caisse en bois est souvent recommandée.

4. Renforcer la fermeture du conditionnement

Pour bien finaliser l’emballage de votre produit, utiliser du film étirable plastique de qualité. C’est un résistant contre l’humidité. Il permet aussi à votre colis d’être le plus compact possible. Vous souhaitez préserver la discrétion du contenu de votre livraison ? Optez pour du film plastique noir. Pour une image plus éco-responsable, emballez-le dans du papier kraft. Mais quoi qu’il en soit, un adhésif marqué « Fragile » doit être apposé sur votre conditionnement. Cela guidera les manutentionnaires tout au long du processus de transport.

Quel mode de transport est le plus adapté pour déménager un tableau ou une sculpture ?

De manière générale, le transport de marchandise classique préconise la mutualisation. Cela revient à prendre en charge divers plis, colis ou palettes appartenant à différents clients pour constituer une seule tournée de livraison et optimiser les coûts logistiques. Or, le transporteur d’œuvre d’art est tenu d’effectuer un acheminement sans rupture de charge. Selon le produit, ses contraintes, ses spécificités et la distance à parcourir, le mode d’expédition d’un objet de valeur diffère…

Le transport routier

Le chauffeur livreur se rend sur le lieu d’expédition avec un véhicule vide. Il récupère le colis et le livre à l’adresse indiquée de la manière la plus directe possible. C’est ce qu’on appelle le transport dédié. L’objectif est de limiter au minimum les étapes logistiques et donc les manipulations que ça génère.

Le transport maritime

Le transport en bateau est le mode le moins cher. Cependant, il est adapté aux objets lourds et peu fragiles. Les manipulations mécaniques des conteneurs se font en général de manière brutale. Vous n’aurez, ni votre transporteur, de contrôle sur les chargements et déchargements. Ce mode d’expédition présente aussi une durée de traversée très longue, des délais de livraison très incertains et une insécurité qui dépend des ports…

Le transport aérien

Votre œuvre d’art doit traverser la mer pour arriver à destination ? L’avion est le mode de transport le plus sécurisé. L’expédition des tableaux de valeur ou de sculptures d’art nécessite des mesures particulières. La compagnie doit être spécialisée dans ce genre de services afin de garantir la sécurité de la marchandise.

Le transport ferroviaire

Le TGV est idéal pour transporter rapidement et en toute sécurité un objet artistique de valeur entre deux centres-villes. Ceci à la condition que votre produit ne soit pas trop volumineux. Aussi, le prêteur et la compagnie d’assurance doivent être d’accord.

Quels documents prévoir pour la livraison d’une œuvre d’art à l’international ?

La réglementation en termes de transport d’œuvre d’art international est très stricte. Les services de douane à l’échelle internationale sont très attentifs au transit de ces marchandises de haute valeur pour faire face aux trafics qui gangrènent ce domaine.

Préparer les documents douaniers

Une obligation propre à tous les pays : la déclaration des œuvres d’art. La taxe et les frais de douane dépendent des pays expéditeur et destinataire, de la typologie de la pièce, de sa valeur commerciale et du taux de TVA appliqué localement. En France, par exemple, le calcul se base sur la méthode CIF. Il s’agit des droits et taxes à l’importation que l’on chiffre en fonction du prix de vente de l’objet et des frais d’expédition. Le gouvernement fixe un seuil minimum de 22 € et un taux de TVA à environ 20 %.

Les documents nécessaires au transit international de créations artistiques sont les suivants :

  • facture commerciale ;
  • documents fiscaux ;
  • étiquettes d’expédition ;
  • certificats divers si applicables.

Souscrire à un contrat d’assurance pour le transit d’objet d’art

Bien qu’un bon emballage est primordial pour faire voyager une œuvre d’art, il n’est pas suffisant pour lui garantir une sécurité totale. C’est pourquoi, souscrire à une assurance spécifique au fine art est important. Cela vous offre une protection complète.

Une souscription d’assurance classique présente des garanties sur les risques de casse et perte, à condition que la responsabilité du transporteur soit effective. Les compagnies fixent des indemnités selon, entre autres, le mode d’expédition, le poids de la marchandise et la distance parcourue.

Cela dit, la valeur d’un objet d’art n’est pas proportionnelle à son poids. Nous vous conseillons donc d’opter pour une assurance ad valorem. Il vous sera ainsi possible de définir les indemnités en fonction de la valeur réelle de l’objet d’art expédié.

Fine art : ce qu’il faut retenir

Chaque objet d’art est unique et souvent très précieux. Sa sécurité lors d’un déménagement d’un musée à une salle d’exposition ou d’une livraison suite à une nouvelle acquisition est de la plus haute importance. Faire appel à un transporteur spécialisé dans ce type d’opération logistique complexe, est nécessaire. Il saura vous conseiller et adapter le service à vos besoins et contraintes.

Chez D&fi Groupe, nous assurons le processus logistique des œuvres d’art de bout en bout. Grâce à notre réseau national et international, nous offrons à nos clients un service global. Nous confier le transport de vos œuvres d’art, c’est avoir un seul interlocuteur et vous garantir :

  • un emballage sur mesure et hautement protecteur ;
  • un mode d’expédition sécurisé ;
  • une gestion douanière efficace grâce à notre service de douane implanté dans plus de 200 pays ;
  • un transport adapté grâce à notre réseau de compagnies partenaires ;
  • un contrat d’assurance offrant les meilleures garanties.
Colis retenu à la douane : voici comment vous devez réagir

Colis retenu à la douane : voici comment vous devez réagir

On vous indique un colis bloqué en douane ? Il peut être retenu dans un port, un aéroport ou une frontière terrestre. Dans ce cas, il est inutile de vous adresser au centre d’appel IDS (Infos douane service). Les services douaniers ne peuvent pas vous renseigner sur...

lire plus

0 commentaires